Carrefour des métiers – compte-rendu

Ce matin s’est déroulé à Blois, au lycée Augustin Thierry, un Carrefour des métiers destiné aux élèves de seconde. À mon grand stress, j’y présentais le beau métier qui est le mien. J’appréhendais un chouïa, j’avoue, car la dernière fois que je me suis trouvée dans une classe avec une bande de lycéens remonte à l’époque préhistorique où j’étais moi-même lycéenne.

Le défi était d’autant plus ambitieux que les élèves étaient OBLIGÉS d’aller écouter pérorer trois intervenants. Je savais donc que j’allais devoir m’adresser à des jeunes pas forcément intéressés par la traduction. Pour tout vous dire, j’ai craint de ne pas être à la hauteur, de ne pas savoir les intéresser…

Mais aussi, j’étais très curieuse de savoir ce qu’ils venaient chercher. Quelle idée avaient-ils du métier de traducteur ? Quand j’avais 15 ans, si je connaissais l’existence de cette profession, j’imaginais qu’il s’agissait de traduire des livres. Point. La vocation m’est venue bien plus tard, presque par hasard, à l’improviste en tout cas.

Eh bien cette matinée a été très agréable pour moi (et j’espère aussi pour mes interlocuteurs). J’ai rencontré des élèves au minimum curieux de ce métier, et certains dont c’était vraiment le projet. Leurs questions étaient pertinentes, j’ai découvert avec plaisir leurs préoccupations, qui n’étaient d’ailleurs pas forcément celles auxquelles je m’étais préparée.

J’ai aussi été surprise – et ravie – que deux professeurs de langues viennent m’écouter et s’informer sur la possibilité pour eux de réorienter leur carrière ou d’ajouter une corde à leur arc.

Comme j’avais apporté une petite liste de sites web utiles (notamment celui de Profession traducteur) dont le présent blog, j’ajoute ici quelques éléments complémentaires spécialement destinés à mes visiteurs de ce matin.

Notamment, j’ai eu beaucoup de questions sur l’interprétariat, auxquelles j’ai eu du mal à répondre. Voici un lien vers le site de l’association internationale des interprètes de conférence. Vous y trouverez des interlocuteurs mieux informés.

Il y a aussi une association des traducteurs/adaptateurs de l’audiovisuel.

Et bien sûr, la Société Française des Traducteurs.

Vous pouvez me contacter par l’intermédiaire de ce blog si vous avez d’autres questions.

Le 28 février, Patricia commentait :

« Expérience intéressante, merci Sophie!
Vous évoquez les questions pertinentes et préoccupations des élèves à qui vous avez parlé. Pourriez-vous nous en dire un peu plus ?
Merci d’avance ! »

Le 2 mars, Alejandro commentait :

« Je suis heureux d’apprendre que tout s’est bien passé au lycée. Si tu as reçu des questions pertinentes, c’est sûr qu’ils ont bien aimé ta présentation.
Moi aussi, je suis intéressé pour les questions et preocupations des élèves… »

Ma réponse :

« Comme questions auxquelles je ne m’attendais pas, il y a eu : « Est-ce que vous travaillez en équipe ? Et « Est-ce qu’on voyage beaucoup ? ».
En revanche, j’attendais pas mal de questions sur le salaire, mais je n’en ai eu qu’une ou deux (il y avait plusieurs groupes d’élèves).
On m’a notamment demandé si on gagne plus comme interprète ou comme traducteur. Et là, je n’ai pas su répondre…
Plusieurs élèves m’ont demandé s’il y avait une différence du tarif au mot entre les différentes langues. J’ai été surprise qu’ils connaissent le mode de facturation le plus courant.
Les échos qui continuent de me parvenir font plaisir : il semble que plusieurs élèves aient été séduits par ce métier. »

Patricia:

« Cela fait *vraiment* plaisir de voir que des lycéens se sont renseignés pour poser de bonnes questions. Seriez-vous partante pour faire remonter ces infos à la SFT, qui joue aussi un rôle pédagogique auprès des écoles? »

Ma réponse :

« Oui, bien sûr. »

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Aucun commentaire pour le moment.

Répondre