Archives avril 2010

Certification Voltaire

Vendredi 30 avril 2010

Vous connaissez peut-être mon intérêt pour l’orthographe, la grammaire et la syntaxe françaises. Dans un article du JDD publié ces jours-ci, je découvre avec ravissement un projet qui pourrait bien devenir ma nouvelle marotte, j’ai nommé le Projet Voltaire, et plus précisément la Certification Voltaire.

Postulat de départ : « l’orthographe se perd », « les jeunes ne savent plus écrire » (les commentaires de l’article du JDD sont édifiants), mais surtout, une mauvaise maîtrise des règles de français est préjudiciable aux entreprises (lire à ce sujet le rapport de Sue Anderson-Lenz qui démontre la forte influence de la qualité rédactionnelle sur les décisions d’achat), et par conséquent aux candidats à l’embauche.

Solution proposée : la Certification Voltaire sanctionne un examen de 2h30 composé d’une dictée et d’un QCM de 240 questions. Comparable au TOEIC en anglais, il permet d’arborer fièrement son niveau d’orthographe sur son CV.

Le nombre de points maximum est 1000 et l’échelle de lecture du résultat est la suivante :

300 points : aptitudes pour rédiger sans fautes des textes simples

500 points : aptitudes pour rédiger sans fautes des textes élaborés et nuancés

700 points : référent, aptitudes pour relire et corriger les textes de ses collaborateurs

900 points : expert

Je ne suis pas sûre que cette certification soit vraiment un plus pour un traducteur professionnel qui a d’autres références à présenter à ses prospects ou à ses employeurs potentiels.

À titre personnel, j’ai très envie de passer l’examen, histoire de. Et si j’obtiens moins de 900 points, j’abandonne ce métier pour aller faire pousser des chèvres en Ardèche je ressors mon Bled et mon Bescherelle et je les potasse jusqu’à ce que cet objectif soit atteint.

Mais tout de même, ce phénomène me conduit à m’interroger sur le niveau des élèves en général. Le responsable du projet Voltaire déclare : « Avant, l’orthographe était un acquis, maintenant c’est une compétence recherchée par les entreprises. » Ce qui me chagrine, c’est que je crois qu’il a raison. Et cela me donne le sentiment que nous avons perdu quelque chose, depuis la dernière génération. Sans être passéiste et tomber dans des discours du type « l’éducation, c’est plus ce que c’était ! », je me demande si ça ne vaudrait pas le coup d’essayer de comprendre d’où vient vraiment cette baisse de niveau.

Est-ce que le nombre de personnes ayant un très bon niveau d’orthographe est resté sensiblement le même, mais le nombre de bacheliers ayant augmenté, le taux de bacheliers bons en orthographe a baissé ?

Ou est-ce que, par rapport à la population adulte, le nombre de personnes ayant un très bon niveau d’orthographe a reculé ?

Quoi qu’il en soit, même si l’apparition de ce type de certification et de programmes de coaching en orthographe met en lumière un problème qui n’existait pas il y a 20 ans, je trouve ces initiatives positives, et j’espère qu’elles seront utiles aux personnes qui souffrent d’avoir une maîtrise insuffisante des règles du français.

Conversion PDF vers Word

Mardi 27 avril 2010

Adobe Reader 8

Office 2003

Je veux parler de la conversion d’un fichier PDF contenant un document numérisé, ce qui implique forcément un passage par la ROC, reconnaissance optique de caractères.

Je viens de découvrir cette méthode si simple que vous la connaissez sans doute depuis longtemps, mais bon, elle sera peut-être utile à certains quand même.

En fait, il s’agit d’utiliser le système de ROC de MS Office. Pour cela, ouvrez votre PDF dans Adobe Reader, sélectionnez Fichier > Imprimer, puis u lieu de votre imprimante par défaut, choisissez Microsoft Office Document Image Writer. Puis OK, et enregistrez là où ça vous chante.

Ensuite, il suffit d’ouvrir Microsoft Office Document Imaging, que vous trouverez dans les Programmes > Microsoft Office > Outils Microsoft Office.

Là, vous ouvrez votre document qui a dû s’enregistrer au format tiff, puis cliquez sur l’icône Envoyer le texte vers Word.

Alors après, bien sûr, il y a plus ou moins de cosmétique à faire, selon la qualité du document d’origine. Mais par rapport à traduire 60 pages d’un document imprimé, le confort gagné est immense !

MultiTerm et Java

Mardi 20 avril 2010

java.lang.NullPointerException

À chaque mise à jour de Java, MultiTerm se bloque quand j’essaie d’ajouter une fiche, ouvrant une fenêtre qui contient simplement le mot « null. » (j’apprécie beaucoup) et un bouton OK. Lorsque je clique docilement sur cet unique bouton, le message devient « java.lang.NullPointerException ». Et je ne me rappelle JAMAIS comment résoudre ce bug.

Alors ce coup-ci, je le note ici, en espérant que ça servira à d’autres têtes de linotte…

Panneau de configuration > Java > onglet Avancé > sous Plug-in Java, décocher la case « Activer le plug-in Java de nouvelle génération ».

Ouf. Ça va mieux !

Merci Vistaprint !

Vendredi 16 avril 2010

En général, je ne me prive pas de dénoncer les services qui ne me donnent pas satisfaction. Mais l’inverse est vrai aussi. Alors je vous raconte : il y a quelque temps, j’avais commandé des cartes de visite sur Vistaprint. Des cartes super jolies, avec un beau logo personnalisé, le tout pour un prix défiant toute concurrence. J’en étais déjà ravie.
Et j’avais dans l’idée depuis longtemps d’acheter ce logo, mais il n’y avait pas urgence.
Et aujourd’hui, je me décide, mon blog avance, mon site web aussi, je viens de voir mon comptable et j’estime pouvoir investir 23,99 € sans mettre mon budget en danger.
Je vais sur le site de Vistaprint, je recompose mon logo, il y a 5 ou 6 étapes, choix du dessin, de la police, du style, de la couleur, etc. Ajouter au panier, commander, et voili. Seulement une fois le logo téléchargé, je réalise que je me suis trompée dans les couleurs ! Catastrophe ! Au lieu du joli tilleul-gris que j’attendais, j’ai un vilain bleu-marron !
Affolée, je vérifie les conditions générales de vente qui stipulent bien que le site n’est pas responsable si l’utilisateur fait des fautes d’orthographe ou d’autres erreurs stupides.
Désespérée, je me résigne à racheter le logo avec les bonnes couleurs. Mais quand même, ça me fait bien rager !
Cherchant une autre solution, je vois qu’on peut téléphoner au service clients qui se vante d’être à mon service. En plus, c’est un numéro non surtaxé que je peux appeler avec ma ligne ADSL. Je tente, pas très optimiste.
Eh bien figurez-vous que je suis tombée sur un monsieur charmant, qui, après avoir patiemment écouté mon explication, m’a proposé un avoir du montant que je venais de payer, que je pourrais utiliser pour télécharger le logo avec les bonnes couleurs. Et ensuite, il m’a gentiment accompagnée tout au long de la procédure.
Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas eu affaire à un service client aussi aimable. Ça méritait d’être dit !

Et maintenant, vous pouvez admirer ce sublimissime logo dans la barre d’adresse. Avouez que ça aurait été dommage qu’il reste en bleu et marron ;-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...