Archives mai 2010

Comment traduire « Supprimons les budgets de traduction » ?

Vendredi 28 mai 2010

Je me suis trouvée dernièrement dans une situation inédite (pour moi) et assez inconfortable. Traduisant un compte-rendu de réunion pour un organisme européen, je tombe sur un passage entier qui déclare en substance : « La traduction de toute la documentation du programme coûte trop cher, il faudrait laisser une bonne partie des documents en anglais. »

Je passe sur le budget total du programme en question, qui dépasse largement les 100 millions d’euros.

Je n’ai pu me défaire du sentiment que je contribuais à scier la branche sur laquelle j’étais assise, un peu comme les caissières de grand magasin qui vous orientent vers les caisses automatiques…

J’ai bien pensé à faire une note en livrant ma traduction, mais comme mon client est une agence, j’ai craint que ce ne soit pas très utile.

En fait, ça m’agace un tantinet que des gens sérieux comme ceux qui gèrent des programmes de financement européens considèrent que la traduction de leurs communications est un luxe dont on peut se passer pour faire des économies.

Pour le moment, je ne vois pas trop ce que je peux y faire, à mon petit niveau de traductrice indépendante. Sur mon site web (en cours de conception) je pense que je vais bien mettre en avant le principe selon lequel la traduction a la même valeur que la communication dans la langue d’origine. Pour qu’elle ait le même impact, il faut s’en donner les moyens.

Traducteurs : un outil de planification sur mesure

Mardi 18 mai 2010

Aperçu de mon outil dans Excel 2003

Pendant longtemps, je travaillais sans visibilité, acceptant les commandes quand j’avais du temps, les refusant quand je n’en avais pas, et découvrant dans mon bilan mon chiffre d’affaires de l’année. Difficile dans ces conditions d’avoir une idée précise de ma productivité, des effets de la crise sur mon activité, etc. Et impossible de me fixer des objectifs à atteindre.

Une première étape pour remédier à ce problème a été de me doter d’un outil de planification sur mesure basé sur le volume de traduction en nombre de mots.

Il fait apparaître le volume traduit par jour, par semaine et par mois.

Ainsi équipée, je peux voir facilement les pics et les creux d’activité. Je peux aussi me fixer des objectifs et vérifier d’un coup d’oeil s’ils sont atteints.

Après plus d’un an d’utilisation, je le trouve assez abouti du point de vue technique, même si je reconnais que l’aspect pourrait être plus convivial.

Je vous propose de le télécharger ici. Vous pouvez y apporter toutes les modifications que vous jugerez utiles. Le cas échéant, n’hésitez pas à m’en faire part, je serais heureuse d’améliorer mon système.

Et vous, comment planifiez-vous vos commandes ?

APROTRAD organise une formation Excel

Mercredi 12 mai 2010

A vos agendas : APROTRAD organise une formation sur Excel 2003, de niveau intermédiaire.

Date : samedi 19 juin 2010, de 9h30 à 16h30

Lieu : Cité-tech, Parc technologique Charbonnière, 7 clos des Venelles à St Jean de Braye (Loiret)

Formateur : Xavier Raymond

Tarif : 80 € pour les membres d’APROTRAD, 90 € pour les non-membres

Prise en charge possible par le FIF-PL.

Programme détaillé :

Objectif : construire et utiliser des listes de données, produire des états statistiques et générer
des graphiques. Exploiter les fonctions pour automatiser les tableaux. Créer des tableaux
récapitulatifs et consolidés

La gestion des grands tableaux

  • Gestion des volets ;

Les séries automatiques

  • Création d’une série à l’aide de la poignée de recopie.

Mise en oeuvre de formules avancées

  • Utilisation de fonctions mathématiques, statistiques ; définition des différents arguments à connaître.

Références relatives / absolues

  • Référencement des cellules en relatif / absolu et application dans les formules.

Les graphiques

  • Création d’un graphique ;
  • Afficher la légende d’un graphique ;
  • Changer l’échelle ;
  • Modifier les caractères (police, taille…) ;
  • Changer la présentation du graphique.

Exploiter une base de données

  • Les tris :
    • Tris directs,
    • Le menu « Données Trier… »,
    • Créer sa propre organisation de tri.
  • Les sous totaux
  • Les filtres :
    • Les filtres automatiques,
    • Les filtres élaborés.
  • Le rapport de tableau croisé dynamique :
    • Création d’un rapport de tableau croisé dynamique,
    • Modification, ajouts, suppression d’éléments,
    • Mise en forme,
    • Le champ de page,
    • Travaux sur les dates.
      • La consolidation des données

Si vous êtes intéressés, contactez-moi en privé (contact[chez]traduction-pro[point]eu).

Le temps de la prospection : 6 postes à ne pas négliger

Mardi 11 mai 2010

Prospecter prend un temps fou !

  1. Le temps d’établir un fichier de prospects.
  2. Le temps de qualifier ces prospects.
  3. Le temps de préparer chaque appel. C’est-à-dire, pour chaque contact qualifié :
    • consulter toutes les sources disponibles (site web, articles publiés dans la presse ou sur Internet, brochures publicitaires, etc.) ;
    • repérer les éléments que vous allez cibler (votre prospect fabrique des matériaux de construction, dont du béton armé qui est justement l’une de vos spécialités) ;
    • rédiger les grandes lignes de votre argumentaire, par exemple en mettant en avant la corrélation entre vos différentes compétences (voir à ce propos les conseils de Patricia) et les besoins que vous connaissez ou supposez chez votre prospect.
  4. Le temps de passer chaque appel (et celui de rappeler les contacts que vous n’avez pas pu joindre la première fois).
  5. Le temps de préparer chaque relance, sur la base des informations recueillies lors du premier appel.
  6. Le temps de la relance effective.

Etc.

Si vous vous contentez d’inscrire ces actions dans votre agenda, il y a de grandes chances qu’elles soient systématiquement reléguées à la fin de la liste des priorités. (Je parle d’expérience : personnellement, je n’ai que trop tendance, lorsqu’un client me propose un travail, à repousser à plus tard ces tâches chronophages.)

Mon conseil est de bloquer une journée par semaine (ou 2 demi-journées), à consacrer à la prospection. Mais bloquer vraiment (pas comme un dimanche qui peut servir de vase d’expansion en cas d’urgence, mais plutôt comme un 25 décembre programmé dans votre belle-famille, l’idée étant de s’interdire d’accepter le moindre communiqué de presse à traduire ce jour-là).

Par la suite, une fois que les contacts sont pris, la phase d’entretien nécessite moins de temps (un peu comme un régime comportant une phase d’amaigrissement, suivie d’une phase de stabilisation, plus souple). Mais attention à ne pas la négliger tout de même, sous peine de perdre tous les bénéfices du travail de prospection et de devoir recommencer…

Je recommande la lecture du document (en anglais) de John Niland, « 100 Tips to Find Time« , qui peut donner des idées pour s’organiser et trouver du temps.

Et vous ? Combien de temps consacrez-vous à la prospection ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...