Clients directs : intérêt d’une bonne préparation

La gestion d’un projet de traduction en direct prend du temps, beaucoup plus que lorsqu’on travaille pour une agence.

Établissement du devis

Agence : « Pouvez-vous me prendre xx mots pour le tant ? » « Oui / Non, ce n’est pas mon domaine / Non je suis surbookée / Oui, mais plutôt pour le tant »

Client direct : « Combien ça coûte de traduire ce document ? » « Cher futur client, merci d’avoir fait appel à moi. Pour établir un devis précis, j’ai besoin d’en savoir un peu plus sur votre projet. Votre document est-il destiné à une publication interne ? Externe ? Avez-vous déjà fait traduire des documents similaires ? Pourrais-je les voir pour être sûre de bien respecter votre ligne éditoriale ? Vous m’avez envoyé un fichier PDF non convertible de 25 pages (gloups). Pourriez-vous me fournir le fichier d’origine (format Word, InDesign, que sais-je ?) ? »

Discussion du devis

Agence : « On va avoir beaucoup d’autres projets pour ce client. Vous nous faites un prix ? » « Ha ha ha ! Je vous ferai plutôt une petite remise après avoir traduit *beaucoup d’autres projets pour ce client* »

Client direct : « Argh ! Votre prix est quatre fois le budget que j’avais prévu ! » « Cher futur client, merci pour votre message. J’ai consulté attentivement votre site web, qui m’a convaincue de l’intérêt que vous attachez à votre communication. Votre offre est présentée clairement, vos clients s’y retrouvent sans aucun doute très facilement. En tant que spécialiste de la communication, je suis admirative. La traduction est un aspect de la communication. Pour remplir son rôle, elle doit s’harmoniser parfaitement avec ce que vous avez déjà conçu. Cela demande, outre une bonne connaissance de votre secteur d’activité, du temps et un important travail de vérification. C’est mon métier de fournir à mes clients une extension de leur communication qui s’intègre exactement dans leur environnement. Mon tarif reflète notamment le temps que je vais consacrer à votre projet. Si vous pouvez me fournir un fichier Word au lieu du PDF que vous m’avez soumis, ce temps de traitement « technique » pourrait être réduit et me permettre de vous proposer une remise de xx. »

Etc. c’est comme ça à toutes les étapes du processus.

Début de solution

Or si une demande de devis d’un client direct arrive à une période où vous êtes déjà complètement sous l’eau, vous risquez de perdre un temps précieux à répondre, de prendre du retard sur vos projets en cours, de bâcler votre réponse et finalement, de ne pas emporter le contrat.

Chaque demande est unique, mais vous pouvez préparer des modèles à l’avance, pour les adapter précisément le moment venu, et prendre quelques mesures pour être prêt à répondre :

– Modèle de devis comportant toutes les mentions qui peuvent s’appliquer à tous vos devis.

– Modèle dans toutes vos langues de travail, relu par un locuteur natif.

– Adapter le format selon la langue : par exemple, pensez à préparer vos devis destinés aux US dans un format « Letter » plutôt que A4. Votre client l’imprimera plus facilement, le cas échéant.

– Refaire vos modèles lorsque vous changez de traitement de texte ! Ça a l’air tout bête, il suffit de le faire une fois, mais tant que vous ne l’aurez pas fait, cela peut vous faire perdre un temps considérable (j’avoue, c’est du vécu !)

Et vous, quelles précautions prenez-vous pour être prêts à répondre à une demande de client direct, même lorsque vous n’avez que très peu de temps ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

3 commentaires sur “Clients directs : intérêt d’une bonne préparation”

  1. Excellent billet, merci! Pour gagner du temps notre meilleure arme, le téléphone. On décroche le téléphone avant de préparer un devis. On demande au client où en est son projet, comment il nous a trouvé (recommandation, recherche sur internet), s’il a déjà un budget consacré ou pas, si le planning du projet est clairement défini, etc. On cerne un peu le sérieux de la demande (ainsi que son urgence ou non). On détecte également le potentiel global chez ce client. Et on répond (ou pas) tout de suite (ou pas) selon les informations recueillies (souvent en 5 minutes au téléphone). Bonus : souvent on fait très bonne impression parce qu’on est les seuls à avoir pris le temps d’appeler (pour les cas où le client demande plusieurs devis).

  2. Sophie dit :

    Merci Sara ! Je n’ai pas assez le réflexe téléphone, surtout quand une demande arrive à un moment où je manque de temps. Alors que tu as raison, c’est le meilleur moyen de cerner rapidement l’urgence, entre autres.

  3. Myriem dit :

    Merci pour ce billet Sophie ! Il apporte beaucoup quand on commence à avoir des clients directs ! En effet, l’approche n’est pas du tout la même avec un client direct et une agence. J’ai aussi parfois beaucoup de difficulté à prendre le temps d’appeler mais j’ai cru remarqué que les clients directs apprécient de recevoir un coup de fil. Un réflexe à prendre…

Répondre