Archives avril 2014

Convertir un glossaire Excel en base MultiTerm

mercredi 30 avril 2014

Vous êtes un inconditionnel de la fonction de reconnaissance terminologique dans SDL Studio ?

Vos clients vous envoient des glossaires interminables au format Excel ?

Vous aimeriez éviter la procédure fastidieuse de préparation du fichier .xls avec les colonnes que MultiTerm va pouvoir reconnaître, suivie de la conversion avec MultiTerm Convert, suivie de l’importation de la base .xml dans votre base MT existante (le cas échéant, sinon, il faut commencer par créer une base MT…) ?

Ce billet est pour vous !

Avant tout, je tiens à remercier chaleureusement et publiquement Maxime Halliez, jeune traducteur en stage dans mes bureaux en ce moment. Je dois cette procédure à son sens pratique et à son goût du travail bien fait.

Maxime a déniché un véritable trésor : Glossary Converter. Entièrement compatible avec MultiTerm. Téléchargeable ici (avec un identifiant SDL, que vous avez bien sûr, si vous utilisez Studio).

La procédure est simplissime : glisser-déposer.

Je précise un peu.

Une fois Glossary Converter installé, il suffit de faire glisser votre glossaire Excel (.csv, .xls ou .xslx) sur le raccourci du programme sur le bureau (ou sur la fenêtre du programme si vous l’avez ouvert).

Un certain nombre de champs sont déjà définis par défaut, notamment les champs de langue, Contexte, etc. Lorsque votre glossaire Excel contient une colonne qu’il ne reconnaît pas (dans cet exemple : Date et Commentaires), il vous invite à spécifier comment la considérer :

Cliquez sur « Niveau fiche » à droite pour que la date soit enregistrée au niveau de la fiche, puis sur « Niveau terme » pour que les commentaires soient enregistrés au niveau du terme.

Résultat :

Ensuite, un clic sur OK et, en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire (vraiment !), une base MultiTerm du même nom que votre fichier Excel apparaît dans le même dossier.

Pour vous donner une idée, MultiTerm met plus de temps à s’ouvrir et à charger la base que Glossary Converter à la créer.

Voici ce que donne la base de test que j’ai utilisée :

 

Les champs peuvent être modifiés dans les paramètres.

Et bien sûr, ça fonctionne dans l’autre sens… Imaginons que vous vouliez transmettre une de vos bases MultiTerm à quelqu’un qui n’utilise pas Studio, un simple glisser-déposer permet de créer un fichier Excel.

Astuce personnelle : je me sers de cette fonction pour traquer et éradiquer les doublons, car cela peut se faire de manière automatisée dans Excel, mais apparemment pas (ou alors, je n’ai pas réussi à trouver comment) dans MultiTerm.

Si vous ne connaissiez pas Glossary Converter, j’espère que cette procédure vous sera aussi utile qu’à moi.

Et si cet outil magique fait déjà partie de vos indispensables, je serais heureuse que vous partagiez vos astuces dans les commentaires !

SAM 2014 – Retour d’expérience

mercredi 16 avril 2014

Le 10e Séminaire d’anglais médical s’est déroulé à Lyon du 24 au 28 mars derniers. Comme c’était la première fois que j’y participais, j’avais vraiment envie d’écrire un petit retour d’expérience pour souligner et partager tous les enseignements que cette semaine de formation m’a apportés.

Savoir

Des conférences absolument passionnantes animées par des orateurs captivants sur la cancérologie, l’épidémiologie, les thérapies par cellules souches, l’anesthésie et la réanimation ou encore l’endocrinologie.

Même si ces thèmes ne touchent que peu mon domaine de prédilection, mieux comprendre leurs mécanismes et spécificités va sans aucun doute m’aider à avoir une vision plus globale du contexte médical des documents que je traduis.

Culture générale

Je garde un excellent souvenir de la visite du musée d’anatomie. Outre les curiosités conservées dans des bocaux (oui, oui, comme dans les films), j’ai découvert avec grand intérêt l’histoire des techniques de conservation des spécimens et de l’évolution des connaissances en anatomie.

Savoir-faire

Pour moi qui n’ai pas l’habitude de travailler en groupe (comme la plupart des traducteurs indépendants, j’imagine), l’exercice de traduction en équipe constituait en lui-même un défi. Cela m’a donné l’occasion de sortir de ma zone de confort en observant d’autres méthodes de travail, en essayant des formulations que je ne manie pas forcément au quotidien, en réfléchissant à plusieurs d’une part au sens du texte source (loin d’être clair, comme souvent dans la vraie vie) et d’autre part à la meilleure manière de le restituer… J’ai aussi pu ajouter des glossaires et ressources inconnus à mon arsenal quotidien.

Réseau

Rencontrer ou retrouver des collègues qui partagent mon intérêt pour la formation professionnelle, envisager la possibilité de collaborations ponctuelles pour répondre aux besoins de certains clients et/ou simplement sympathiser…

Si je devais résumer cette formation en un mot, ce serait « enrichissante ». Et je recommande vivement aux traducteurs médicaux qui travaillent avec l’anglais d’y participer ! Et de ne pas oublier de passer une soirée dans un bouchon lyonnais de la rue des Marronniers ;)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...