Archives de la catégorie ‘Langue’

Les Timbrés de l’orthographe – bilan de la demi-finale

Mardi 27 mars 2012

Je me dis que j’ai bien fait d’être très fière d’avoir été sélectionnée pour la finale régionale des Timbrés de l’orthographe (cf. ici). Parce que… comment dire… pour la finale, ce n’est pas gagné* !

Si vous voulez vous amuser à faire le test, vous pouvez voir les questions et les réponses sur le site des Timbrés. Et remettez à plus tard la lecture de ce billet qui va dévoiler des réponses…

D’abord, j’ai fait six fautes au questionnaire (je ne sais pas ce que c’est qu’un complément d’agent, ni dans quoi les bergers auvergnats fabriquaient leurs fromages et le coup des verbes pronominaux dont le participe passé ne s’accorde pas toujours avec le sujet lorsqu’il est conjugué avec l’auxiliaire « être », j’avais oublié, voilà…

C’est pour ça que dans la dictée, j’ai écrit « (…) où chèvres et moutons s’étaient succédés (…) » (Je rassure tout de suite mes éventuels clients, mon correcteur orthographique me souligne obligeamment la faute ici).

Ensuite, je retiendrai que « rudiments », au sens de notions élémentaires, est toujours pluriel, et qu’on doit donc écrire « nuls rudiments ». Celle-là, j’aurais vraiment pu l’éviter.

Je ne vous fais pas l’inventaire de toutes mes erreurs, j’en fait cinq ou six (j’ai tellement hésité à mettre « ruine » au pluriel ou au singulier, que je ne sais plus ce que j’ai écrit…). Ce qui confirme ma première impression, que cette dictée était beaucoup moins difficile que la dictée des traducteurs de la SFT.

J’ai eu la surprise, après coup, d’apprendre que dans certaines villes, « géhenne » avait été épelé, comme s’il s’agissait d’un nom propre (le mot était en début de phrase). Il aurait peut-être fallu que les lecteurs puissent prendre connaissance du texte plus tôt, ou qu’on leur signale visuellement les mots à épeler. J’imagine que les correcteurs ne vont donc pas compter les fautes sur ce terme.

Les cinq cents meilleures copies seront sélectionnées pour la finale. J’ai demandé ce qui se passerait si plus de cinq cents personnes avaient tout juste, mais le cas n’avait manifestement pas été envisagé… (On m’a répondu que si, par extraordinaire, cela se produisait, tous les candidats ayant fait un sans faute iraient en finale.)

Conclusion

Un peu d’humilité ne me fera pas de mal. Je prends la résolution d’être plus attentive dans mes lectures, en m’interrogeant davantage sur les accords, et de ne plus me reposer sur le correcteur orthographique mais, en cas de doute, de chercher la règle.

Les non-traducteurs qui me lisent se disent peut-être que c’est un peu léger de ma part, de garantir un travail de qualité quand on est capable de faire 5 fautes dans un texte de 330 mots.

Je tiens à rassurer ceux qui ont pu se faire cette réflexion somme toute naturelle : premièrement, quand je travaille, et contrairement aux conditions de cette demi-finale, j’ai le droit de m’aider de TOUTES les références que je souhaite, du dictionnaire à la liste de diffusion d’APROTRAD, en passant par Internet et ses multiples ressources fiables. Je ne m’en prive pas et je vérifie soigneusement les travaux que je livre.

Deuxième assurance

Lorsque je traduis pour un client direct, je me fais relire par un autre personne, linguiste et spécialisée dans le domaine concerné, qui va traquer les – éventuelles – coquilles restantes. (Précision : quand je traduis pour une agence, c’est elle qui se charge de cette relecture, bien sûr !) Vous pouvez lire à ce sujet mon article sur la relecture externe.

Et vous ? Vous y étiez ? Vous pensez être sélectionnés ?

* »Pour la finale, ce n’est pas gagné » © Mik

Questions de grammaire et d’orthographe – 1

Lundi 27 février 2012

Vous l’avez compris (sinon, je vous invite à lire ce monument à ma vanité), je me plonge dans les révisions, surtout depuis que j’ai fait la fameuse dictée des traducteurs proposée lors de la Journée de la traduction organisée par la SFT. J’ai fait une vingtaine de fautes, ce qui me soucie un peu pour la finale du concours des Timbrés…

J’ai sous la main un Bescherelle de conjugaison, mais il me manquait un manuel de grammaire. J’ai donc acheté, un peu au hasard, le Bled Orthographe – Grammaire qui promet « Toutes les règles expliquées de façon détaillée », « Des exemples d’application simples », « Des conseils pour s’exprimer correctement » et « 400 exercices corrigés ».

Première leçon : « Le pluriel des noms propres et des noms d’origine étrangère », où je ne suis pas fortiche. Mais au 3e exercice, je tombe sur un corrigé qui me chiffonne terriblement, c’est-à-dire que je ne suis pas d’accord du tout.

Voici la phrase (il faut écrire correctement les noms en gras) : « Les barman ne servent pas de Martini, ni de whisky aux mineurs »

D’abord, que vient faire cette virgule ? C’est un piège ? Les barmen ne servent pas de Martini du tout ? À personne ? Mystère, le corrigé laisse « Martini » tel quel, ce que j’aurais fait aussi, virgule ou pas.

Ensuite, il met « whisky » au pluriel (au choix, « whiskys » ou « whiskies »). J’ai appris – il y a longtemps – que quand il n’y a pas de quelque chose, on ne le met pas au pluriel, à moins que ce quelque chose soit généralement au pluriel quand il y en a. Ainsi, « Je n’ai pas rencontré de difficultés » parce qu’on dit plus souvent qu’on a « des difficultés », mais « Il n’y a pas de voiture dans ce garage ». Et naturellement, j’aurais écrit « Les barmen ne servent pas de Martini ni de whisky aux mineurs. »

(En plus, si on y réfléchit bien, le whisky pourrait être classé dans la catégorie indénombrable, comme le café, le yaourt, l’eau… « Les barmen ne servent pas d’eaux ? » Grotesque…)

Qu’en pensez-vous ? Faut-il vraiment mettre « whisky » au pluriel ? Est-ce mon esprit contestataire qui se réveille ? Ou est-ce que j’ai choisi un manuel pas assez tatillon ?

Ça promet, ces révisions… J’ajoute un « 1 » au titre de ce billet, on ne sait jamais…

 

C’est pas pour me vanter…

Vendredi 17 février 2012

…mais voilà :

Sophie Dinh,

Comme près de 25.000 candidats, vous avez répondu aux tests de sélection de la deuxième édition de notre grand concours Timbrés de l’orthographe, organisé avec le soutien de La Poste.

Toutes nos félicitations ! Vous faites partie des 10.000 candidats sélectionnés pour les finales régionales qui se dérouleront le samedi 24 mars (entre 14h et 16h) simultanément dans 20 villes de France.

Vous serez personnellement rattaché au centre de :

ORLEANS

Vous recevrez, au plus tard le 15 mars, votre mail de convocation vous précisant le lieu de convocation et les détails pratiques de votre finale régionale.

Comme l’an passé, les questions vous seront posées par Frédérick Gersal et la dictée lue par notre parrain Eric-Emmanuel Schmitt.

Au nom de tous nos partenaires, nous vous renouvelons toutes nos félicitations pour cette qualification et nous nous réjouissons de vous accueillir le 24 mars.

Dans cette attente,

Très cordialement

Les timbrés de l’orthographe.

 

Han  ! Je vais rencontrer Eric-Emmanuel Schmitt ! J’en perds déjà tous mes moyens !

Si vous avez de bons manuels de révision à me proposer, je suis preneuse !

L’expression du jour : rester comme deux ronds de flan

Samedi 15 janvier 2011

Jusqu’à tout récemment, j’étais certaine que le « flan » de l’expression faisait référence à un entremet gélatineux à base d’œufs et de lait, couramment vendu en conditionnement individuel de pourtour intérieur circulaire, d’un diamètre d’environ 4 cm. Sous l’effet de la surprise, on ouvrirait des yeux si ronds et si grands qu’ils rappelleraient la forme et la taille du fameux flan, d’où l’expression « rester comme deux ronds de flan ».

En réalité, il semble que ce ne soit pas exactement ça. Les deux ronds de l’expression sont bien les yeux agrandis d’étonnement, mais le flan serait une pièce de monnaie. Ce que confirment le Dictionnaire du Moyen Français (1330 – 1500), la BnF ou l’Université de Poitiers.

Avouez que cette origine (pour laquelle je n’ai cependant pas de certitude absolue) est plus élégante !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...