Sophie Dinh

La relecture par un tiers : gage de qualité de vos traductions

Par : Sophie Dinh - 21• nov•11

Si vous n’avez pas l’habitude de recourir à un traducteur professionnel, entendre votre prestataire évoquer une relecture externe, par une tierce personne spécialisée, peut vous surprendre, voire éveiller votre méfiance.

« Comment ? Voilà quelqu’un qui se vante d’être professionnel et spécialiste de mon métier, qui m’annonce un prix en rapport, et qui a si peu confiance dans son travail qu’il le fait vérifier et corriger par un autre ? »

Loin de vous alarmer, cette démarche doit au contraire vous rassurer, car elle témoigne du sérieux et du professionnalisme de votre interlocuteur.

Un document destiné à la publication doit être irréprochable

Il vous est peut-être arrivé de retrouver une coquille dans un texte publié, qu’il vous semblait avoir passé au peigne fin. C’est rageant, mais relativement courant. Pour la déceler, il aurait fallu un œil neuf, celui du relecteur-correcteur.

Tous les services de presse du monde ont une équipe de relecteurs et de correcteurs qui traquent la moindre erreur de typo, faute d’orthographe ou répétition, allègent une tournure ici, insèrent une virgule là…

En traduction, le relecteur accomplit ce travail de vérification, et contrôle le fond et la forme du discours, mais également la conformité au message initial.

Le relecteur possède cet œil neuf indispensable. Et s’il doit être spécialisé, ce n’est pas pour pallier les insuffisances du traducteur, mais pour être en mesure d’appliquer la même rigueur que lui dans tous ces aspects.

Traducteur et relecteur : une équipe qui garantit la qualité de vos documents finaux

Vous l’aurez compris, l’expertise du relecteur va lui permettre de compléter efficacement le travail du traducteur. C’est vous, et votre organisation, qui bénéficierez de la qualité supplémentaire issue de ce travail d’équipe. Pensez-y lorsque vous étudiez un devis de traduction : la relecture n’est pas une prestation superflue.

Références officielles

La norme européenne de qualité des services de traduction EN-15038:2006 stipule :

« …la qualité de la traduction ne peut être garantie sans une relecture par une tierce personne… »

De même, le référentiel de certification de qualité de service des entreprises de traduction prévoit une « relecture d’expert ».

Alternatives

Cela dit, la relecture externe n’est pas toujours indispensable, et dans certains cas vous pouvez vous en passer. Par exemple si le document à traduire n’a qu’une valeur informative interne ou si l’un de vos collaborateurs a les compétences et le temps nécessaire pour effectuer lui-même cette vérification.

Comme pour toutes vos interrogations, discutez-en avec votre prestataire, et déterminez ensemble l’étendue du service qui répondra le mieux à votre besoin.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Vous pouvez suivre les commentaires de cet article via le flux RSS 2.0. Vous pouvez ajouter un commentaire ou insérer un rétrolien sur votre site.

2 commentaires

  1. […] Vient ensuite la phase de la relecture d’expert. Indispensable, cette étape est un contrôle qualité indispensable, tant sur le fond que sur la forme. Pour en savoir plus sur la relecture, cliquez ici. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>